Insalubrité publique

Madame la Maire a pris récemment la décision de prolonger les contrats d’occupation précaire jusqu’à fin mars 2020. Il s’agit de deux hébergements d’urgence situés au 35 rue Charles Frérot, dans un vieil immeuble de quatre étages à deux pas du marché Frileuse.

Nulle volonté pour le groupe « Gentilly Entente » de remettre en cause le droit fondamental et inconditionnel à l’hébergement d’urgence. C’est la méthode et la logique de ces maintiens dans des logements que l’on peut qualifier d’insalubres qui interpellent.

De nombreux habitants ont en effet alerté et dénoncé leurs conditions de vie dans ce bâtiment : infiltrations d’eau, humidité généralisée, présence d’insectes nuisibles…sont le lot commun. Certains de nos représentants ont pu accéder à ces locaux et ne peuvent que confirmer un état d’extrême délabrement.

Cet état de fait pose bien sûr la question de la responsabilité morale de la Mairie. Comment ne pas réagir face à des conditions de vie dont personne ne voudrait pour soi ou sa famille. Et quid de la responsabilité juridique si survenait un accident dû à la vétusté ou si des maladies venaient à se propager.

Il est plus qu’urgent de trouver des solutions acceptables pour les occupants des deux logements d’urgence. Le groupe d’opposition espère que cela sera le cas avant le 31 mars prochain…

Mais il est tout aussi indispensable de s’occuper des autres habitants du 35 rue Charles Frérot – on y compte plusieurs familles – et de tous ceux qui vivent des conditions similaires dans des appartements tout aussi indignes en d’autres coins de Gentilly !

La période des vœux est passée mais nous réitérons ceux-là avec l’espoir qu’ils ne resteront pas pieux.

Gentilly Entente